Lire la suite

Dispositif SINTES
Tél : 01 41 62 77 16
emmanuel.lahaie@ofdt.fr

   
Accueil du site > Espace Alerte > Héroïne coupée

Héroïne coupée

Suite à l’article concernant l’héroïne fortement concentrée, il a été rapporté également des consommations d’héroïne provoquant des effets inhabituels, avec notamment des signes évoquant une "imprégnation en benzodiazépine" : réaction anormalement intense du point de vue de la sédation, sensation de malaise ou de bizarrerie ressentie par les consommateurs avec desinhibition, troubles du comportement, agressivité/agitation, amnésie, sensation ébrieuse, trouble des l’équilibre, fatigue ou besoin de sommeil intense. Ces troubles pouvant persister plus ou moins longtemps. L’analyse de certains échantillons a révélé la présence d’alprazolam (signalement de Nantes, Marseille, et Bordeaux).

Ainsi, depuis quelques semaines, circule une rumeur, parmi les consommateurs de substances illicites de la région de Nantes, accompagnée de plusieurs cas avérés de malaises chez les usagers. Selon cette rumeur, du GHB (drogue du viol) serait utilisé comme produit de coupe dans l’héroïne. Les sujets ayant présenté des malaises décrivent une somnolence et un ralentissement parfois accompagnés d’une amnésie.

LES TROUBLES PRÉSENTÉS PAR LES USAGERS

5 cas ont été rapportés au Centre d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) il y a 1 mois, par 4 médecins différents. Parmi ces différents cas, il a été observé :

  • Des épisodes de ralentissement et de somnolence (Besoin de sommeil important)
  • Des pertes de repères (désorientation temporo- spatiale)
  • Des amnésies pouvant durer jusqu’à 24 ou 36h avec apparition de "flash-back" une semaine plus tard
  • Des troubles de l’équilibre
  • Des troubles de l’articulation de la parole (Dysarthrie)
  • Des troubles du comportement

LES RÉSULTATS D’ANALYSE

Un échantillon d’héroïne a été analysé. La composition retrouvée est la suivante :

  • Caféine 29.11%
  • Paracétamol 24.03%
  • Alprazolam 16.22%
  • Cocaïne 10.89%
  • Héroïne 5.41%
  • Noscapine 2.08%
  • Phénacétine 0.62%
  • Hydroxyzine 0.23%
  • Lidocaïne 0.09%
  • Diltiazem 0.09%
  • Papavérine 0.01%

La noscapine et la papavérine sont des alcaloïdes de l’opium et sont toujours retrouvés dans les poudres contenant de l’héroïne. De même, le paracétamol et la caféine sont les produits de coupage habituels de l’héroïne. Aussi, la phénacétine et la lidocaïne sont des produits de coupage habituels de la cocaïne.

La présence de GHB dans l’héroïne n’est donc pas confirmée à l’heure actuelle Cependant, la présence d’alprozolam pourrait expliquer les effets ressentis par les consommateurs. Il s’agit d’une Benzodiazepine.

CONCLUSION

Le Centre d’valuation et d’Information sur la Pharmacodépendance de Nantes se demande pourquoi cette benzodiazépine serait utilisée comme produit de coupe à l’héroïne ?S’agit-t-il d’un phénomène localisé à la région de Nantes ?

Si vous-même avez été confrontés à cette problématique, n’hésitez pas à en parler auprès des professionnels.

 
Vous avez un doute ? Vous voulez en savoir plus sur tel ou tel produit ?
Vous pouvez poser votre ou vos questions personnellement ou anonymement.
 
   

Association MICHEL - Aide aux personnes toxicomanes, aux usagers de produits psycho-actifs et à leur famille
3 rue de Furnes - 59140 Dunkerque - Tel. : 03 28 59 15 79 - Fax : 03 28 21 26 65 - Ouvert tous les jours de 9 h à 17 h (Sauf le samedi de 9 h à 12 h)
Réalisation : www.agence-e-dock.com